reina victoria

Architects
Arqui-T + Alfaro-Manrique

Place
Valencia, Spain

Son ouverture en 1913, avec ses auvents délicats et ses portes en fer forgé impressionnantes, signifiait un repère pour la société de cet âge. Ernest Hemingway était l’un de ses invités les plus distingués. Il aimait la corrida, les plats à base de riz de La Pepica et la mer. Ici, il a commencé à écrire son premier roman, The Sun Also Rises. «J’ai 60 000 mots», postait-il son père à la poste centrale, juste derrière l’hôtel. Il n’était pas le seul. García Lorca, Robert Cappa ou Manolete y ont également séjourné en raison de son emplacement privilégié et de son service exquis. Une telle mise à la terre ne le sauverait pas du déclin et de la faillite et l’hôtel a été fermé en attendant des temps meilleurs. Heureusement l’attente n’a pas été longue. En 2015, la chaîne hôtelière One Shot Hotels, connue pour promouvoir des hôtels uniques où le design et le mécénat gagnent en importance, l’a acheté et a démarré les travaux de rénovation en collaboration avec les studios Arqui-T et Alfaro-Manrique.

Fidèles à la mémoire du lieu, les architectes d’intérieur Alfaro-Manrique réinterprètent «son langage classique pour créer un hôtel contemporain où les deux réalités cohabitent». À cette fin, ils ont utilisé des matériaux nobles, tels que le bois ou la porcelaine, qui, au-delà de sa fonction décorative, agissent également, selon Emili Manrique, «comme un élément d’identité lié à la tradition valencienne». En tant qu’organisme vivant, il articule les différents espaces qui se glissent sous le lit, grimpent jusqu’à la tête de lit et rampent à travers la terrasse et le sol de la salle de bain. S’il fallait choisir un seul mot pour résumer l’ensemble du projet, ce serait une fusion: de la tradition et de l’avant-garde, du design et de l’artisanat. Ainsi, l’escalier principal avec ses balustrades de forge et sa main courante en bois coexiste avec les coups de moutarde audacieux de certains éléments différenciateurs, tandis qu’un éclectisme raffiné prévaut dans la sélection de meubles et d’œuvres d’artistes locaux, brisant ainsi le continuum de la palette de couleurs modérée. Ainsi, le fauteuil bas Twins de MUT Design, avec sa maille 3D turquoise, envahit l’espace intérieur et crée un point de fuite dans les chambres à coucher, disposées de manière sobre et géométrique. Sans aucun doute, le premier étage de l’immeuble est à voir absolument. Vous y apprécierez le restaurant-bar Tôpic, très lumineux, offrant une vue sur le théâtre principal. L’espace est pourvu de grandes fenêtres et de carrelages suivant encore une fois un motif géométrique en noir et blanc contrastant avec les sièges colorés parmi lesquels on trouve des fauteuils Fontal en finition naturelle et une belle tapisserie d’ameublement verte. Tout comme l’hôtel, ce design en rotin d’Oscar Tusquets allie le meilleur de la tradition et de la modernité.

Architects
Arqui-T + Alfaro-Manrique

Place
Valencia, Spain

Son ouverture en 1913, avec ses auvents délicats et ses portes en fer forgé impressionnantes, signifiait un repère pour la société de cet âge. Ernest Hemingway était l’un de ses invités les plus distingués. Il aimait la corrida, les plats à base de riz de La Pepica et la mer. Ici, il a commencé à écrire son premier roman, The Sun Also Rises. «J’ai 60 000 mots», postait-il son père à la poste centrale, juste derrière l’hôtel. Il n’était pas le seul. García Lorca, Robert Cappa ou Manolete y ont également séjourné en raison de son emplacement privilégié et de son service exquis. Une telle mise à la terre ne le sauverait pas du déclin et de la faillite et l’hôtel a été fermé en attendant des temps meilleurs. Heureusement l’attente n’a pas été longue. En 2015, la chaîne hôtelière One Shot Hotels, connue pour promouvoir des hôtels uniques où le design et le mécénat gagnent en importance, l’a acheté et a démarré les travaux de rénovation en collaboration avec les studios Arqui-T et Alfaro-Manrique.

Fidèles à la mémoire du lieu, les architectes d’intérieur Alfaro-Manrique réinterprètent «son langage classique pour créer un hôtel contemporain où les deux réalités cohabitent». À cette fin, ils ont utilisé des matériaux nobles, tels que le bois ou la porcelaine, qui, au-delà de sa fonction décorative, agissent également, selon Emili Manrique, «comme un élément d’identité lié à la tradition valencienne». En tant qu’organisme vivant, il articule les différents espaces qui se glissent sous le lit, grimpent jusqu’à la tête de lit et rampent à travers la terrasse et le sol de la salle de bain. S’il fallait choisir un seul mot pour résumer l’ensemble du projet, ce serait une fusion: de la tradition et de l’avant-garde, du design et de l’artisanat. Ainsi, l’escalier principal avec ses balustrades de forge et sa main courante en bois coexiste avec les coups de moutarde audacieux de certains éléments différenciateurs, tandis qu’un éclectisme raffiné prévaut dans la sélection de meubles et d’œuvres d’artistes locaux, brisant ainsi le continuum de la palette de couleurs modérée. Ainsi, le fauteuil bas Twins de MUT Design, avec sa maille 3D turquoise, envahit l’espace intérieur et crée un point de fuite dans les chambres à coucher, disposées de manière sobre et géométrique. Sans aucun doute, le premier étage de l’immeuble est à voir absolument. Vous y apprécierez le restaurant-bar Tôpic, très lumineux, offrant une vue sur le théâtre principal. L’espace est pourvu de grandes fenêtres et de carrelages suivant encore une fois un motif géométrique en noir et blanc contrastant avec les sièges colorés parmi lesquels on trouve des fauteuils Fontal en finition naturelle et une belle tapisserie d’ameublement verte. Tout comme l’hôtel, ce design en rotin d’Oscar Tusquets allie le meilleur de la tradition et de la modernité.

Veuillez tourner votre appareil