jaime hayon interviewé par le magazine openhouse 1 jaime hayon interviewé par le magazine openhouse

Inma Buendía: comment une personne qui est entrée dans l’école de design «à l’essai» finit-elle par devenir le designer espagnol le plus influent de sa génération?

Jaime Hayon: j’étais très enthousiaste et curieux lorsque je me suis lancé dans le design. Et c’est ce que je ressens avec tout ce qui m’intéresse vraiment. Même si je sais que j’ai eu de la chance dans mon parcours, ce n’est pas seulement une question de chance. Je mets beaucoup d’efforts, de conviction et de passion dans tout ce que je fais.

Inma Buendía: Quels artistes ont été vos guides durant ces premières années?

Jaime Hayon: Stark m’a vraiment inspiré à l’époque: son audace, son courage et sa force. Cet esprit rebelle qui ose enfreindre les règles.

Inma Buendía: Existe-t-il vraiment une ligne qui divise l’art et le design?

Jaime Hayon: Si cela existe, c’est quelque chose qui m’intéresse très peu. Ce qui m’intéresse vraiment, c’est de créer et quel que soit le domaine dans lequel je travaille. Pour moi, le plus important est de raconter des histoires avec mon travail et de défendre ma propre voix.

Inma Buendía: Pensez-vous que c’est votre talent artistique qui distingue votre travail des autres designers?

Jaime Hayon: Je passe très peu de temps à analyser et à explorer. Les limites et les étiquettes ne sont pas pour moi. L’art m’intéresse vraiment. C’est un outil de liberté d’expression et sa force est énorme. J’essaie d’essayer avec beaucoup d’intérêt tout ce qui attire mon attention et tout ce que j’essaie de faire et je suis toujours prêt à me lancer un défi en quête de nouvelles connaissances.

Inma Buendía: Vous avez vécu à Londres, à New York et à Trévise. Comment ces villes ont-elles contribué à votre imaginaire?

Jaime Hayon: j’ai vécu à Madrid, Barcelone et Valence et, aujourd’hui, je passe plus de temps à l’extérieur qu’à la maison. Voyager, c’est la vie, c’est l’occasion d’apprendre quelque chose de nouveau et de découvrir de nouvelles façons de créer. Les expériences dans différentes villes me donnent de l’énergie. J’ai pu trouver une nouvelle inspiration dans tous les endroits que j’ai visités et c’est fondamental pour moi.

Inma Buendía: Comment est née l’idée de collaborer avec Expormim?

Jaime Hayon: Elle est née d’admiration et d’affection. J’aime les efforts qu’ils déploient pour faire revivre la tradition du rotin et je crois qu’ils le font avec beaucoup de culture et d’élégance. C’est une entreprise honnête et dévouée et c’est très important pour moi. Je crois en leur projet et admire ce que nous avons accompli ensemble.

Détail – Fauteuil Frames

Inma Buendía: Vous ne dites pas «oui» à chaque projet, vous ne réalisez que ceux qui représentent vraiment un défi pour vous. Quel était le défi de créer Frames lorsque vous avez conçu le premier modèle et plus tard, lorsque vous avez élargi la collection?

Jaime Hayon: Nous avons la chance de pouvoir décider en toute liberté et non par nécessité. C’est un vrai luxe, car il est essentiel de croire en tout ce que vous faites. Lorsque nous avons proposé la collection Frames, notre intention était d’explorer une nouvelle façon d’utiliser le rotin. Cette expérience nous a amenés à créer la collection et je pense que le bon choix était d’essayer sans crainte. Une fois que nous avons essayé, nous avons pu apprendre et perfectionner. J’aime la nouvelle chaise. Je pense que nous avons complété la collection par un élément fondamental: la chaise que vous pouvez placer dans n’importe quel espace. Elle est élégante, confortable, légère et pleine de vie.

Inma Buendía: Le dessin est une activité constante dans votre vie. Quelle est la première chose que vous avez dessinée lors de la conception du fauteuil bas Frames? Qu’est-ce qui vous a inspiré pour créer ce qui est aujourd’hui une forme si reconnaissable?

Jaime Hayon: Le dessin est mon oxygène. Je passe tout mon temps à dessiner. Lorsque nous avons commencé à concevoir le fauteuil bas, j’essayais d’explorer une autre façon de créer avec du rotin qui n’était pas la méthode traditionnelle. Nous essayions de trouver cette nouvelle façon lorsque l’idée de composer le fauteuil au moyen de panneaux a surgi. Ces panneaux ont donc été utilisés pour le cadre et l’ergonomie du fauteuil.

Inma Buendía: Qu’est-ce que le fait de travailler avec des artisans ajoute à la création d’une collection comme Frames?

Jaime Hayon: Cela ajoute de la qualité, de l’humanité et surtout de la tradition. Il ne reste plus qu’un peu de savoir-faire en Espagne et le défendre devrait être notre devoir. J’aime travailler avec les artisans, c’est l’une des choses que j’apprécie le plus car j’apprends toujours beaucoup.

Inma Buendía: La base créative de Hayon Studio est située à Valence, où se trouve également Expormim. Quelles synergies cela permet-il? Qu’est-ce que Valence a que vous ne pouvez pas trouver à Madrid ou à Barcelone d’un point de vue créatif?

Jaime Hayon: La proximité a été très bénéfique car normalement, le travail nous emmène loin de chez nous et avoir un contact continu et étroit est une manière très confortable de travailler. Il y a tellement de choses à Valence. Pour moi, c’est un endroit avec beaucoup de qualité sans prétention. Il y a beaucoup de talent et surtout beaucoup de savoir-faire traditionnel. En tant que ville, elle possède une lumière magique que je ne suis pas sûre d’avoir trouvée ailleurs. La nourriture, la proximité… il a cette dimension merveilleuse où vous pouvez trouver des choses intéressantes offertes par la ville tout en profitant de la beauté de la campagne, des villages et de la plage tout près de chez vous. C’est un endroit très spécial.

Inma Buendía: Vous avez affirmé dans le passé que le design était non seulement fonctionnel, mais qu’il devrait aussi être capable de communiquer et de transmettre des idées et des émotions. Que voulez-vous transmettre avec la collection Frames?

Jaime Hayon: Mon objectif est de réinterpréter une tradition dans le respect et l’apprentissage, et de mettre en valeur la fine matière qu’il représente et l’art de son travail.

le nouveau fauteuil bas frames

Inma Buendía: comment une personne qui est entrée dans l’école de design «à l’essai» finit-elle par devenir le designer espagnol le plus influent de sa génération?

Jaime Hayon: j’étais très enthousiaste et curieux lorsque je me suis lancé dans le design. Et c’est ce que je ressens avec tout ce qui m’intéresse vraiment. Même si je sais que j’ai eu de la chance dans mon parcours, ce n’est pas seulement une question de chance. Je mets beaucoup d’efforts, de conviction et de passion dans tout ce que je fais.

Inma Buendía: Quels artistes ont été vos guides durant ces premières années?

Jaime Hayon: Stark m’a vraiment inspiré à l’époque: son audace, son courage et sa force. Cet esprit rebelle qui ose enfreindre les règles.

Inma Buendía: Existe-t-il vraiment une ligne qui divise l’art et le design?

Jaime Hayon: Si cela existe, c’est quelque chose qui m’intéresse très peu. Ce qui m’intéresse vraiment, c’est de créer et quel que soit le domaine dans lequel je travaille. Pour moi, le plus important est de raconter des histoires avec mon travail et de défendre ma propre voix.

Inma Buendía: Pensez-vous que c’est votre talent artistique qui distingue votre travail des autres designers?

Jaime Hayon: Je passe très peu de temps à analyser et à explorer. Les limites et les étiquettes ne sont pas pour moi. L’art m’intéresse vraiment. C’est un outil de liberté d’expression et sa force est énorme. J’essaie d’essayer avec beaucoup d’intérêt tout ce qui attire mon attention et tout ce que j’essaie de faire et je suis toujours prêt à me lancer un défi en quête de nouvelles connaissances.

Inma Buendía: Vous avez vécu à Londres, à New York et à Trévise. Comment ces villes ont-elles contribué à votre imaginaire?

Jaime Hayon: j’ai vécu à Madrid, Barcelone et Valence et, aujourd’hui, je passe plus de temps à l’extérieur qu’à la maison. Voyager, c’est la vie, c’est l’occasion d’apprendre quelque chose de nouveau et de découvrir de nouvelles façons de créer. Les expériences dans différentes villes me donnent de l’énergie. J’ai pu trouver une nouvelle inspiration dans tous les endroits que j’ai visités et c’est fondamental pour moi.

Inma Buendía: Comment est née l’idée de collaborer avec Expormim?

Jaime Hayon: Elle est née d’admiration et d’affection. J’aime les efforts qu’ils déploient pour faire revivre la tradition du rotin et je crois qu’ils le font avec beaucoup de culture et d’élégance. C’est une entreprise honnête et dévouée et c’est très important pour moi. Je crois en leur projet et admire ce que nous avons accompli ensemble.

Détail – Fauteuil Frames

Inma Buendía: Vous ne dites pas «oui» à chaque projet, vous ne réalisez que ceux qui représentent vraiment un défi pour vous. Quel était le défi de créer Frames lorsque vous avez conçu le premier modèle et plus tard, lorsque vous avez élargi la collection?

Jaime Hayon: Nous avons la chance de pouvoir décider en toute liberté et non par nécessité. C’est un vrai luxe, car il est essentiel de croire en tout ce que vous faites. Lorsque nous avons proposé la collection Frames, notre intention était d’explorer une nouvelle façon d’utiliser le rotin. Cette expérience nous a amenés à créer la collection et je pense que le bon choix était d’essayer sans crainte. Une fois que nous avons essayé, nous avons pu apprendre et perfectionner. J’aime la nouvelle chaise. Je pense que nous avons complété la collection par un élément fondamental: la chaise que vous pouvez placer dans n’importe quel espace. Elle est élégante, confortable, légère et pleine de vie.

Inma Buendía: Le dessin est une activité constante dans votre vie. Quelle est la première chose que vous avez dessinée lors de la conception du fauteuil bas Frames? Qu’est-ce qui vous a inspiré pour créer ce qui est aujourd’hui une forme si reconnaissable?

Jaime Hayon: Le dessin est mon oxygène. Je passe tout mon temps à dessiner. Lorsque nous avons commencé à concevoir le fauteuil bas, j’essayais d’explorer une autre façon de créer avec du rotin qui n’était pas la méthode traditionnelle. Nous essayions de trouver cette nouvelle façon lorsque l’idée de composer le fauteuil au moyen de panneaux a surgi. Ces panneaux ont donc été utilisés pour le cadre et l’ergonomie du fauteuil.

Inma Buendía: Qu’est-ce que le fait de travailler avec des artisans ajoute à la création d’une collection comme Frames?

Jaime Hayon: Cela ajoute de la qualité, de l’humanité et surtout de la tradition. Il ne reste plus qu’un peu de savoir-faire en Espagne et le défendre devrait être notre devoir. J’aime travailler avec les artisans, c’est l’une des choses que j’apprécie le plus car j’apprends toujours beaucoup.

Inma Buendía: La base créative de Hayon Studio est située à Valence, où se trouve également Expormim. Quelles synergies cela permet-il? Qu’est-ce que Valence a que vous ne pouvez pas trouver à Madrid ou à Barcelone d’un point de vue créatif?

Jaime Hayon: La proximité a été très bénéfique car normalement, le travail nous emmène loin de chez nous et avoir un contact continu et étroit est une manière très confortable de travailler. Il y a tellement de choses à Valence. Pour moi, c’est un endroit avec beaucoup de qualité sans prétention. Il y a beaucoup de talent et surtout beaucoup de savoir-faire traditionnel. En tant que ville, elle possède une lumière magique que je ne suis pas sûre d’avoir trouvée ailleurs. La nourriture, la proximité… il a cette dimension merveilleuse où vous pouvez trouver des choses intéressantes offertes par la ville tout en profitant de la beauté de la campagne, des villages et de la plage tout près de chez vous. C’est un endroit très spécial.

Inma Buendía: Vous avez affirmé dans le passé que le design était non seulement fonctionnel, mais qu’il devrait aussi être capable de communiquer et de transmettre des idées et des émotions. Que voulez-vous transmettre avec la collection Frames?

Jaime Hayon: Mon objectif est de réinterpréter une tradition dans le respect et l’apprentissage, et de mettre en valeur la fine matière qu’il représente et l’art de son travail.

le nouveau fauteuil bas frames

Inma Buendía: comment une personne qui est entrée dans l’école de design «à l’essai» finit-elle par devenir le designer espagnol le plus influent de sa génération?

Jaime Hayon: j’étais très enthousiaste et curieux lorsque je me suis lancé dans le design. Et c’est ce que je ressens avec tout ce qui m’intéresse vraiment. Même si je sais que j’ai eu de la chance dans mon parcours, ce n’est pas seulement une question de chance. Je mets beaucoup d’efforts, de conviction et de passion dans tout ce que je fais.

Inma Buendía: Quels artistes ont été vos guides durant ces premières années?

Jaime Hayon: Stark m’a vraiment inspiré à l’époque: son audace, son courage et sa force. Cet esprit rebelle qui ose enfreindre les règles.

Inma Buendía: Existe-t-il vraiment une ligne qui divise l’art et le design?

Jaime Hayon: Si cela existe, c’est quelque chose qui m’intéresse très peu. Ce qui m’intéresse vraiment, c’est de créer et quel que soit le domaine dans lequel je travaille. Pour moi, le plus important est de raconter des histoires avec mon travail et de défendre ma propre voix.

Inma Buendía: Pensez-vous que c’est votre talent artistique qui distingue votre travail des autres designers?

Jaime Hayon: Je passe très peu de temps à analyser et à explorer. Les limites et les étiquettes ne sont pas pour moi. L’art m’intéresse vraiment. C’est un outil de liberté d’expression et sa force est énorme. J’essaie d’essayer avec beaucoup d’intérêt tout ce qui attire mon attention et tout ce que j’essaie de faire et je suis toujours prêt à me lancer un défi en quête de nouvelles connaissances.

Inma Buendía: Vous avez vécu à Londres, à New York et à Trévise. Comment ces villes ont-elles contribué à votre imaginaire?

Jaime Hayon: j’ai vécu à Madrid, Barcelone et Valence et, aujourd’hui, je passe plus de temps à l’extérieur qu’à la maison. Voyager, c’est la vie, c’est l’occasion d’apprendre quelque chose de nouveau et de découvrir de nouvelles façons de créer. Les expériences dans différentes villes me donnent de l’énergie. J’ai pu trouver une nouvelle inspiration dans tous les endroits que j’ai visités et c’est fondamental pour moi.

Inma Buendía: Comment est née l’idée de collaborer avec Expormim?

Jaime Hayon: Elle est née d’admiration et d’affection. J’aime les efforts qu’ils déploient pour faire revivre la tradition du rotin et je crois qu’ils le font avec beaucoup de culture et d’élégance. C’est une entreprise honnête et dévouée et c’est très important pour moi. Je crois en leur projet et admire ce que nous avons accompli ensemble.

Détail – Fauteuil Frames

Inma Buendía: Vous ne dites pas «oui» à chaque projet, vous ne réalisez que ceux qui représentent vraiment un défi pour vous. Quel était le défi de créer Frames lorsque vous avez conçu le premier modèle et plus tard, lorsque vous avez élargi la collection?

Jaime Hayon: Nous avons la chance de pouvoir décider en toute liberté et non par nécessité. C’est un vrai luxe, car il est essentiel de croire en tout ce que vous faites. Lorsque nous avons proposé la collection Frames, notre intention était d’explorer une nouvelle façon d’utiliser le rotin. Cette expérience nous a amenés à créer la collection et je pense que le bon choix était d’essayer sans crainte. Une fois que nous avons essayé, nous avons pu apprendre et perfectionner. J’aime la nouvelle chaise. Je pense que nous avons complété la collection par un élément fondamental: la chaise que vous pouvez placer dans n’importe quel espace. Elle est élégante, confortable, légère et pleine de vie.

Inma Buendía: Le dessin est une activité constante dans votre vie. Quelle est la première chose que vous avez dessinée lors de la conception du fauteuil bas Frames? Qu’est-ce qui vous a inspiré pour créer ce qui est aujourd’hui une forme si reconnaissable?

Jaime Hayon: Le dessin est mon oxygène. Je passe tout mon temps à dessiner. Lorsque nous avons commencé à concevoir le fauteuil bas, j’essayais d’explorer une autre façon de créer avec du rotin qui n’était pas la méthode traditionnelle. Nous essayions de trouver cette nouvelle façon lorsque l’idée de composer le fauteuil au moyen de panneaux a surgi. Ces panneaux ont donc été utilisés pour le cadre et l’ergonomie du fauteuil.

Inma Buendía: Qu’est-ce que le fait de travailler avec des artisans ajoute à la création d’une collection comme Frames?

Jaime Hayon: Cela ajoute de la qualité, de l’humanité et surtout de la tradition. Il ne reste plus qu’un peu de savoir-faire en Espagne et le défendre devrait être notre devoir. J’aime travailler avec les artisans, c’est l’une des choses que j’apprécie le plus car j’apprends toujours beaucoup.

Inma Buendía: La base créative de Hayon Studio est située à Valence, où se trouve également Expormim. Quelles synergies cela permet-il? Qu’est-ce que Valence a que vous ne pouvez pas trouver à Madrid ou à Barcelone d’un point de vue créatif?

Jaime Hayon: La proximité a été très bénéfique car normalement, le travail nous emmène loin de chez nous et avoir un contact continu et étroit est une manière très confortable de travailler. Il y a tellement de choses à Valence. Pour moi, c’est un endroit avec beaucoup de qualité sans prétention. Il y a beaucoup de talent et surtout beaucoup de savoir-faire traditionnel. En tant que ville, elle possède une lumière magique que je ne suis pas sûre d’avoir trouvée ailleurs. La nourriture, la proximité… il a cette dimension merveilleuse où vous pouvez trouver des choses intéressantes offertes par la ville tout en profitant de la beauté de la campagne, des villages et de la plage tout près de chez vous. C’est un endroit très spécial.

Inma Buendía: Vous avez affirmé dans le passé que le design était non seulement fonctionnel, mais qu’il devrait aussi être capable de communiquer et de transmettre des idées et des émotions. Que voulez-vous transmettre avec la collection Frames?

Jaime Hayon: Mon objectif est de réinterpréter une tradition dans le respect et l’apprentissage, et de mettre en valeur la fine matière qu’il représente et l’art de son travail.

le nouveau fauteuil bas frames

Please, turn your device